Attention au feu rouge !

0

Nettement battu par l’Irlande lors de la 2e journée du Tournoi des VI Nations, le Pays de Galles doit impérativement vaincre dans son Millenium Stadium pour espérer conserver son titre. Et histoire de bien faire comprendre à son squad que le match face à la France était crucial, le sélectionneur Warren Gatland a été clair: les joueurs décevants diront adieu à la Coupe du Monde.

Warren Gatland, sélectionneur chafouin.

Warren Gatland, sélectionneur chafouin.

« Pour beaucoup de joueurs, il faut se projeter sur les douze prochains mois et sur la Coupe du monde. S’ils ne jouent pas bien vendredi, cela pourrait être la dernière fois qu’ils jouent pour le Pays de Galles ». Warren Gatland n’était pas d’humeur joviale cette semaine pour préparer le match face aux Bleus de France. Le sélectionneur néo-zélandais a peu goûté la performance de son équipe à l’Aviva Stadium de Dublin où le XV du Trèfle a confirmé qu’il serait le favori au Grand Chelem 2014. Six joueurs sont dans son collimateur: les piliers Adam Jones et Gethin Jenkins, les troisièmes lignes Sam Warburton et Dan Lydiate, le demi de mêlée Mike Phillips et le demi d’ouverture Ryan Priestland. La mise en garde est suffisamment explicite pour réveiller son équipe. Avec un statut de demi-finaliste à défendre, le Pays de Galles ne peut pas se contenter du minimum.

Côté français, Philippe Saint-André n’est pas en reste puisqu’il qualifie ce Galles-France de « match charnière pour ce groupe, pour son histoire, pour son vécu ». Pour autant, l’ambiance n’est pas exactement la même qu’en 2013. Après une défaite inaugurale face à l’Italie, les Bleus avaient perdu au Stade de France face au XV du poireau (6-16), les plongeant dans le doute et exaltant les critiques sur leur manque de stabilité, notamment au niveau de la charnière. Quatre ans après la dernière victoire française au Millenium de Cardiff, PSA est bien conscient qu’un troisième succès de rang dans ce Tournoi lui permettrait de travailler dans le calme avec, en perspective, une « finale » face à l’Irlande le 15 mars prochain.

L’épreuve du feu pour Plisson

Convaincant depuis le début du Tournoi, Jules Plisson est dans les petits papiers de Philippe Saint-André et il a été logiquement reconduit au poste de demi d’ouverture. Pour sa première titularisation à l’extérieur, il aura certainement droit à un traitement de faveur. « On connait la puissance des Gallois. Ils attaquent énormément la zone du 10 avec des centres surpuissants. Roberts était au repos la semaine dernière, comme vingt joueurs gallois ». Outre l’allusion au fait que les joueurs du Top 14 n’ont pas eu le droit à un week-end de repos la semaine dernière et ont été contraint de jouer, PSA a mis en exergue le niveau des montées défensives galloises qui mettront le jeu au pied de Plisson sous pression. Conséquence: l’ancien ailier a convoqué l’ouvreur castrais Remi Talès, de retour de blessure, pour le money-time. Un titulaire avec 2 sélections, un remplaçant qui effectuera ses grands débuts dans le Tournoi des VI Nations: ce manque d’expérience peut-il se transformer en culot insouciant capable de déstabiliser une équipe en quête de revanche ?

Wesley Fofana, homme-fusée.

Wesley Fofana, homme-fusée.

L’accent mis sur la mêlée et la conquête

Parmi les joueurs gallois en position délicate, figurent quatre joueurs du pack. Autant dire que de part et d’autre, il y a eu quelques entraînements spécifiques axés sur la mêlée et la conquête en touche. Yannick Bru, entraîneur des avants, et Philippe Saint-André ont donc porté une attention accrue sur ces secteurs de jeu, performants face à l’Angleterre mais un peu moins convaincante face à l’Italie: « au niveau international, la mêlée est interprétée différemment. Il ne faut pas oublier que si on a gagné l’Angleterre, la mêlée y est pour beaucoup. On a récupéré trois ou quatre pénalités et ça nous a permis de coller au score. Contre l’Italie, on en a perdu une sur notre temps fort, on a été pénalisé deux fois. Les trois derniers lancers en touche ont été défaillants ».
Cependant, les Bleus joueront à Cardiff avec Nicolas Mas comme seul pilier droit de métier, Vincent Debaty pouvant dépanner à ce poste en cours de rencontre. Responsable de la défense du XV du poireau, Shaun Edwards fait confiance aux Français pour être performants dans les duels: « ils ont été impressionnants de solidité défensive face à l’Angleterre et l’Italie. On a bien étudié leur jeu. Ils vont créer une dynamique avec les avants autour de Picamoles, aussi par des ballons portés et déjouer notre blitz en attaquant au centre du terrain. Une fois qu’ils seront dans notre dos, ils chercheront Fofana. C’est un joueur exceptionnel ». Dans les rucks, l’association Nyanga-Lauret sera observée de près car le Toulousain et le Racingman auront pour tâche de nettoyer les ballons en premier soutien et de perturber les sorties de balles des Gallois, réputé pour leur jeu de passe.
Pour le XV de France, une victoire à Cardiff pourrait être un acte fondateur dans le projet de jeu qui le mènera à la Coupe du Monde 2015. L’occasion ou jamais de créer un authentique « Band of Brothers » pour répondre au « Land of my Fathers ».

Les équipes:
FRANCE: Dulin – Huget, Bastareaud, Fofana, Bonneval – (o) Plisson, (m) Doussain – Picamoles, Lauret, Nyanga – Maestri, Papé (c) – Mas, Szarzewski, Domingo.
Remplaçants: Mach, Forestier, Debaty, Vahaamanhina, Chouly, Machenaud, Tales.

PAYS DE GALLES: Halfpenny – Cuthbert, North, Roberts, Williams – (o) Priestland, (m) Webb – Faletau, Warburton, Lydiate – A.Jones, Charteris – Ad.Jones, Hibbard, Jenkins.
Remplaçants: Owens, James, R.Jones, Ball, Tipuric, Phillips, Biggar, Hook.

PROGRAMME du XV de France
01/02/2014 : France 26 – 24 Angleterre (Stade de France)
09/02/2014 : France 30 – 10 Italie (Stade de France)
21/02/2014 : Pays de Galles – France (Cardiff – 21h00)
08/03/2014 : Ecosse – France (Edimbourg – 18h00)
15/03/2014 : France – Irlande (Stade de France – 18h00)

François Miguel Boudet
@fmboudet

À propos de l'auteur

Pas de commentaires

Découvrez aussi ...