Louis Sarkozy : « Voir mon père président du PSG, c’est un rêve de gosse »

3

Porter un nom de famille médiatique n’est jamais aisé. Pourtant, Louis Sarkozy le gère plutôt bien. Le fils de Nicolas Sarkozy et Cécilia Attias a 18 ans et vient de terminer ses études aux Etats-Unis. Grand amoureux de sport, Louis est évidemment un supporter acharné du Paris Saint-Germain, son premier amour. Alors que les médias fantasment à propos de son père et un possible poste de président du club parisien, le jeune homme garde son calme. PSG, NBA, OM, football féminin ou encore NFL, Louis Sarkozy s’est livré en exclusivité pour Outsider Mag.

Tu tweetes souvent sur le PSG, tu vas au stade dès que tu peux. Tu es un acharné du PSG ?

Louis Sarkozy

Louis Sarkozy au parc avec son frère Pierre Crédit photo : Best Image / PurePeople

Tout à fait, depuis que je suis né ! Dès mes 3 ans, mon père m’a amené au Parc des Princes avec mes frères. C’est devenu un rituel. Lorsque je suis à Paris, je ne loupe aucun match. Malheureusement, c’est la fin de saison. Je faisais mes études aux Etats-Unis donc je n’ai pas pu assister à une rencontre cette année. De toute manière, le PSG, c’est à la vie, à la mort ! C’est dans mon sang. J’ai été élevé avec ça. Le Paris Saint-Germain, c’est une histoire de famille.

Tu te souviens de ta première rencontre au Parc ?

Je ne me rappelle pas du tout, mais mon père m’a toujours dit que c’était un « clasico » contre l’OM et que nous avions gagné 2-1. Je ne sais pas si c’est vrai, mais en tout cas, ce sont ses souvenirs (rires).

En tant que supporter du PSG, tu es anti Marseille ?

Je ne déteste pas l’OM parce que nos confrontations sont les meilleurs matchs, tout simplement. Lors de ces rencontres, l’ambiance au Parc des Princes et au Vélodrome est tout bonnement incroyable. Tu ne peux pas détester une équipe, mais ça sera toujours le PSG dans mon coeur, quoi qu’il arrive. À vrai dire, j’aime bien Ajaccio et Bastia aussi. Nous avons un lien familial avec l’île de beauté.

Tu me parles de ta passion pour le PSG mais tu as joué au football ?

J’ai beaucoup joué au football. Quand j’étais en France, j’ai commencé à l’Olympique de Neuilly tout comme mes frères. J’étais gardien de but. J’ai même fait des stages de football. Par la suite, je suis parti aux Etats-Unis donc j’ai arrêté. Sinon, j’ai joué en High School Sports, c’est-à-dire avec l’équipe de mon école pendant 4 ans, là aussi comme gardien. Malheureusement, tout ça c’est fini. Mais je cherche toujours des opportunités pour taper dans le ballon.

Tu as rêvé d’une carrière dans le sport ?

Franchement, ça m’aurait plu. C’est un travail de longue haleine, haletant. Je ne pense pas que ce soit pour moi, mais c’est un rêve de gosse comme beaucoup de jeunes.

Tu es un « fils de ». Dans le football, beaucoup se sont cassés les dents et n’ont jamais réussi à avoir le niveau de leur père. Comment analyses-tu ça ?

Je pense surtout que, quand on est fils de Zidane ou Pelé, il y a déjà une grosse attente et une certaine pression. Les 3 fils de Zizou sont tous au Real, ils ont l’air très talentueux, ils ont été élevés dans le football. Mais l’attente est folle autour d’eux. Je ne sais pas s’ils sont prêts pour ça. De toute manière, c’est une question de talent avant tout. En NBA, il y a des exemples aussi avec Austin Rivers, le fils de Doc Rivers (entraineur des Los Angeles Clippers, NDLR). Puis surtout, il y a le MVP de cette saison : Stephen Curry. Son père, Dell, a joué pendant 16 ans dans la ligue.

Parlons un peu de ton père. Dernièrement, France Football a fait un grand dossier sur ses liens avec le PSG. Nous savons que c’est un passionné du club. Tout le monde se demande s’il deviendra un jour président du club. Tu rêves de le voir occuper ce poste ?

Louis Sarkozy

Le futur et l’ex président du PSG ?
Crédit photo : PLV/SIPA

Cest un rêve d’enfant (sourires). Depuis gamin avec mon frère Pierre, on espère qu’il deviendra président du PSG. Mais à vrai dire, je ne sais pas ce qui va se passer. Mon père les aide beaucoup. Nous faisons vraiment partie de la famille PSG. Si ça prend ce chemin-là, tant mieux. Je ne sais pas. Mais seul le temps nous le dira.

Tu te vois intégrer le PSG  ?

Ma carrière et ma vie ne sont pas ici, mais surtout aux Etats-Unis. Je viens de finir mes études dans l’académie militaire. Je ne suis pas sûr de mon avenir. Revenir en France pour travailler avec le PSG ? Oui, ça me plairait bien.

Vu que tu vis de l’autre côté de l’Atlantique, tu suis la MLS ?

Pour être tout à fait honnête, j’ai commencé à suivre la MLS avec l’arrivée du New-York City FC, l’équipe de David Villa. Je n’ai jamais été fan des New York Red Bull. Malheureusement, nous n’avons pas fait une grande 1ère saison, mais je m’y intéresse fortement maintenant. Le Cosmos va arriver en plus. Beckham va ouvrir son équipe aussi. Ça promet.

Et le football féminin ?

C’est la folie ici. À vrai dire, je suis la Coupe du Monde en ce moment au Canada. J’espère que les Bleues vont remporter le tournoi. J’adore Louisa Nécib. Très technique, une vraie n°10. Et bien sûr, il y a Laure Boulleau aussi. Notre Parisienne !

Tu as l’air branché sport US et NBA. Tu es pour quelle équipe ? As-tu un favori pour la finale ?

Je suis un fan des Knicks. Je vis à New-York. Bon, cette année, ce n’était pas fameux (rires). Concernant la finale, j’espère que Cleveland va l’emporter (les Cavs ont perdu les Finals dans la nuit de mercredi à jeudi 4-2, ndlr). Ce sont les « underdogs ». Tout le monde pense que la victoire va revenir à Golden State. Les Cavaliers ont perdu Kyrie Irving, Kevin Love C’est dur. Si LeBron James arrive à gagner seul, il prouvera qu’il est le meilleur joueur de tous les temps. Mais bon en face, il y a Steph Curry, Klay Thompson (Il souffle) Ce sont des monstres.

Je suis beaucoup la NFL aussi. On va dire que le football, le basket et le football américain, ce sont vraiment mes 3 sports. J’ai plus de mal avec le baseball et le hockey. Je suis un fan des Rangers (équipe de NY, NDLR) mais je n’ai jamais accroché. Pour en revenir au football, je regarde tous les matchs du PSG en streaming sur mon ordinateur, un vrai accro.

« Aux États-Unis, nous sommes plus dans la motivation »

 

 

Louis Sarkozy

Avec ce catch, Odell Beckham JR rentre dans l’histoire
Crédit photo : Al Bello / Getty Images

Tu habites New-York, tu aimes le football américain. Alors, tu es pour les Giants ou les Jets ?

Giants ! Nous allons revenir. Odell Beckham Jr a fait une saison de dingue. Personne n’avait vu ça. C’est un fait. Victor Cruz, longtemps blessé, fait enfin son retour. Notre problème, c’était la ligne offensive qui protège notre quaterback. Avec le draft pick et nos 2 trades, nous sommes bien. J’y crois. J’espère que nous serons devant les Jets. Eux, je ne peux vraiment pas (rires). Je les déteste plus que l’OM par exemple.

En France, nous parlons souvent du faible mental de nos athlètes. Au contraire, les Etats-Unis sont des références au niveau de la motivation. Ressens-tu la différence ?

Je n’ai pas envie de généraliser, mais il est vrai qu’aux Etats-Unis, c’est bien plus basé sur la motivation. Que ce soit avant, pendant et après un entraînement ou un match, le coach va toujours faire un speech et tu vas avoir les frissons. Tu vas être prêt à tout déchirer, ça m’avait interpellé à mes débuts. Ça revient toujours au pays. Il faut défendre son équipe, son honneur, sa patrie. Ce sont des speechs comme ça qui me motivent. Peut-être qu’en France, il manque un peu de patriotisme. En tous cas, aux USA, c’est incroyable.

Justement, cette « absence » de patriotisme revient souvent concernant l’Équipe de France de football.

Ce n’est pas impossible. Il y a quelques années, je me rappelle d’une histoire avec Karim Benzema qui n’a pas voulu chanter la Marseillaise. Je ne connais pas assez le sujet pour commenter. Mais, ça m’avait choqué. Quand tu joues pour l’Équipe de France, tu dois chanter l’hymne. C’est pour tout le monde. Nous devons être fiers de notre pays.

Et toi, tu te sens plus Américain ou Français ?

Je suis né en France, c’est mon pays. J’ai passé les douze premières années de ma vie ici. Je me considère plus Français, mais les USA, c’est ma vie. C’est là où je veux vivre, là où j’ai fait mon école militaire. Je ne me vois pas retourner en France dans un futur proche.

Louis Sarkozy

Louis Sarkozy entre la France et les USA

Il y a aussi quelque chose de très universel : les michtos. Avec ton nom, tu en as déjà attiré ?

Jamais au niveau des sportifs ! Je ne suis rien moi, je suis le fils de quelqu’un. Il y a toujours une attirance certes et je suis flatté (rires). Je n’ai rien fait de ma vie encore. Tu pourras me poser la question dans 4-5 ans.

Je veux revenir sur les Etats-Unis. Dans les stades ou parquets, il y a toujours de l’ambiance. Par exemple, on dit souvent que les supporters des Portland Trail Blazers sont chauds. 

Portland, ce sont les meilleurs fans de la NBA. C’est connu. Il y a une devise : « Gardons Portland étrange ».  Ils sont tellement motivés par ça. En tous cas, je pense qu’il y a une sacrée ambiance aux Etats-Unis. Plus qu’au Parc des Princes sans les ultras, c’est sûr (rire jaune).

Louis Sarkozy

De bien belles images

Un avis sur le plan Leproux ?

C’est un sujet délicat et je ne connais pas assez pour me permettre de commenter. Quand j’étais petit, les chants au Parc me faisaient rêver. Je n’ai jamais été choqué. C’était un tout.

L’OM, ça doit te donner envie.

Pas à ce point-là tout de même… Mais, c’est vrai que l’ambiance est dingue. Au Vélodrome, c’est la folie. Ils déchirent tout à chaque fois. Ça donne des frissons. Au PSG, ça manque de chants, je trouve. Je me rappelle de l’ambiance à Geoffroy-Guichard aussi. J’y suis allé une fois. Très sympathique.

Par rapport au Parc, certains affirment que le PSG a perdu son âme et que tout cet argent n’aide pas. En revanche aux Etats-Unis, ça brasse beaucoup de millions en NBA ou NFL. Mais en France, ça passe mal.

Je ne suis pas d’accord avec les critiques, mais elles sont bien placées lorsqu’on sait que le PSG est le club qui paye le mieux ses joueurs. Je trouve ça incroyable. Quand on voit le budget du Real, de Barcelone ou même de Chelsea, ils ne sont pas très loin du PSG. Je ne comprends pas. En fait, Paris est passé de rien à l’abondance. C’est une progression fulgurante. Je te donne un exemple de cette image : aux USA, les fans de Ligue 1 appelaient le club parisien, le « sleeping giant », le géant endormi. Il s’est réveillé grâce à l’argent et a explosé. De surcroît, je n’aime pas les gens qui critiquent l’argent. Je trouve que c’est très bien pour ceux qui gagnent autant. Et quand tu vois l’attaque du Barça, le PSG ne pourra jamais se l’acheter. Le Real, c’est pareil. Mais personne ne dit rien.

Tu as certainement un avis sur le fair-play financier du coup.

Je ne doute pas qu’il y a eu des raisons concernant les sanctions financières, mais j’ai trouvé ça bien trop sévère. Je me suis fortement intéressé au sujet. Je trouve que le PSG ne pouvait pas faire grand chose, surtout quand tu dois gérer les dossiers Ibrahimovic, Lavezzi ou Verratti. Si Marco part, je vais pleurer (rires). Je fonds en larmes. Je crois que c’est mon joueur préféré. C’est un futur Pirlo. Je n’ai jamais vu ça. Même Messi a reconnu qu’il était exceptionnel. L’année dernière, il était meilleur espoir. Et cette année, il était nommé parmi les meilleurs joueurs. C’est mérité.

Il y a un joueur que tu rêves d’avoir au PSG ?

L’année dernière, j’étais à fond pour Di Maria. Je voulais vraiment qu’il vienne. Nous avions beaucoup parlé d’Eden Hazard aussi. Les deux, c’est pas mal non ? (sourires)

Niveau transferts, beaucoup d’infos pullulent à propos de Zlatan. C’est un vrai phénomène médiatique. Tu l’as déjà rencontré ?

Avec les relations de mon père, j’ai eu la chance de le rencontrer plusieurs fois. Nous avons même fait un dîner ensemble. C’est quelqu’un de très intéressant, beaucoup plus intelligent que l’image que les gens peuvent avoir. Ce que j’aime, ce sont les gens différents. Il est monstrueux. Personne ne fait ça. Il me fait beaucoup rire. Je l’adore.

Tu me parles de Zlatan mais pas de Leonardo, un ami de ton père. Un retour est envisageable ?

Je le souhaite. Je n’ai jamais rencontré quelqu’un d’aussi gentil et passionné. C’était une légende au milieu du terrain. J’ai grandi en regardant des vidéos de Leonardo. Je pense que son départ était une erreur de sa part. Mais, il peut tellement nous aider. Il a tant fait pour les transferts. J’espère réellement son retour au club.

Charles Chevillard

Retrouvez plus de photos ici



À propos de l'auteur

Charles Chevillard

Co-rédacteur en chef d'Outsider-mag. Spécialiste football féminin. Aime beaucoup écrire. Venu pour prendre la place sur le trône. @CharlesCHT

3 commentairess

Poster un nouveau commentaire

Découvrez aussi ...

Sans-titre-1-test-OK

La Team Outsider

                       FRANÇOIS MIGUEL BOUDET Le résultat importe moins que le chemin pour l’obtenir. Quand le ...